mardi 13 juin 2017

La Tour, Cécile Duquenne

157 p., Voy'[el], novembre 2015


Quatrième de couverture :

Jessica, 16 ans, se réveille dans un marécage artificiel aux dangers bien réels. Très vite, elle comprend qu’elle se trouve au sous-sol d’une étrange tour sans fenêtres, et que le seul moyen d’en sortir est de monter jusqu’au toit. Accompagnée de quelques autres jeunes, elle se lance dans l’ascension de sa vie, explorant chaque niveau, affrontant les dangers embusqués… Et les révélations. Car Jessica n’a plus aucun souvenir d’avant son arrivée ici. Ils lui reviennent par bribes, étage après étage, et plus elle en apprend, moins elle désire sortir — surtout que son pire ennemi se trouve à l’intérieur avec elle. Bientôt, l’envie de se venger prend le pas sur l’envie de s’échapper… 
Et si en exhumant les secrets de son passé, Jessica levait aussi le voile sur la véritable fonction de La Tour ?


Mon avis :

La Tour est un court roman de science-fiction rédigé sous forme de huis clos par Cécile Duquenne. Au début, on fait la connaissance d’une jeune fille qui n’a plus aucun souvenir de qui elle est ni d’où elle vient. Elle se réveille au milieu de marécages où il y a de l’eau croupie, mais surtout des crocodiles. Peu à peu, elle va se remémorer son prénom et son âge (Jessica, seize ans), et des bribes de souvenirs vont lui revenir au fur et à mesure de la narration. Elle va s’apercevoir qu’elle n’est pas seule dans cette tour, mais entourée de plusieurs autres personnes entre seize ans et une petite trentaine d’années environ. Pour survivre, ils vont devoir s’échapper de cet endroit qui les retient prisonniers et dirigé par une entité inconnue, mais ils ne vont pas tarder à s’apercevoir que tous ignorent qui ils sont, pourquoi ils sont là, quel est ce lieu absolument étrange et lugubre d’où aucune issue ne semble possible. Ils craignent de mourir de faim et de soif, et deux groupes vont se dessiner. Avec deux autres garçons, Jessica, qui est un peu plus intrépide, va essayer de grimper pour sortir de là. Tout au long du roman, nous allons suivre leur progression, les différentes créatures qu’ils vont rencontrer au sein de cette tour excessivement grande.

Lorsque Jessica retrouve la mémoire et que l’on en sait davantage sur elle, on s’aperçoit qu’il y a une certaine ambivalence autour de cette jeune femme. En effet, elle ne paraît pas foncièrement mauvaise, mais elle a commis des actes répréhensibles. On découvre les raisons de sa présence dans cette tour – et, par conséquent, les grandes lignes du pourquoi les autres personnages sont eux aussi enfermés, et nous allons nous intéresser plus particulièrement à un certain Melvin. On s’attache ainsi à Jessica, tout en gardant une forme de réserve vis-à-vis d’elle.

Nous frissonnons avec les hommes et femmes mis en scène, nous avons toujours envie d’en savoir plus, de découvrir si Jessica va réussir à s’échapper de cet endroit, si elle va parvenir à mener à bien le second objectif qu’elle se fixe dans la seconde partie du roman, à partir du moment où elle recouvre réellement la mémoire. Il y a beaucoup d’action, l’histoire est très haletante et des petits éléments sont disséminés tout au long de l’intrigue, qui relancent l’intérêt du lecteur, telles certaines révélations sur les personnages présents. Cécile Duquenne parvient à nous présenter tout un univers et différents protagonistes dans un récit assez court et très bien ficelé. J’ai par conséquent beaucoup apprécié cet ouvrage.

Des questions un peu plus profondes sont posées autour de ce qui a trait à la justice : comment les choses sont-elles jugées ? Pourquoi un acte peut-il se voir sous deux façons différentes ? Le concept de jugement a donc une part importante dans ce récit, et l’auteure nous amène à nous questionner sur ce thème.

18 commentaires:

  1. Ce n'est pas mon genre de prédilection mais ce que tu en dis fait que ce livre m'a l'air intéressant, surtout ce que tu dis à la fin sur le concept de jugement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus il est très court, donc tu ne risques rien à essayer :)

      Supprimer
  2. Il a l'air prenant, ta chronique donne envie :D !

    RépondreSupprimer
  3. La couverture me plaît bien et le résumé donne envie d'en savoir plus. Le fait que ce soit un huis-clos me tente encore plus !

    RépondreSupprimer
  4. Ta chronique donne vraiment envie... pour le plus grand malheur de ma PAL ! Je trouve le concept du jugement très intrigant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite une belle découverte si tu te lances !

      Supprimer
  5. Ce livre me tente depuis un moment et j'espère pouvoir le découvrir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le souhaite, il est vraiment chouette !

      Supprimer
  6. Je ne connaissais pas du tout ce roman, mais ta chronique donne envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très bien. Fonce si tu en as l'occasion !!

      Supprimer