lundi 24 juillet 2017

The Book of Ivy, Amy Engel

304 p., Pocket jeunesse, novembre 2016

Quatrième de couverture :

Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule mission : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Je me prépare pour ce moment depuis toujours. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes, car les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…


Mon avis :
Suite à une guerre nucléaire, le monde a été décimé, et plusieurs milliers d’habitants se sont regroupés dans une ville, où ils se sont organisés. Deux familles sont opposées : les Westfall (la famille d’Ivy) et les Lattimer (celle de Bishop). Le grand-père d’Ivy était le fondateur de la communauté, mais c’est aujourd’hui le père de Bishop qui en est le président. La vie a été aménagée suite aux événements : ils vivent en autarcie dans une ville qui est fermée à ceux de l’extérieur, et connaissent diverses privations, comme un rationnement électrique ou de nourriture, et l’argent n’existe plus. Cette communauté a des particularités, dont les mariages arrangés entre les habitants des deux parties de la ville qui ont lieu entre seize et dix-huit ans, et qui sont garants de la paix et de la cohésion de la nation. Ivy Westfall se voit promise à Bishop Lattimer. Ivy a été élevée par sa sœur et son père, qui lui ont confié une mission : éliminer Bishop, car ils ont eux-mêmes un plan, et si Ivy parvient à ses fins, ils pourront reprendre le pouvoir.

L’ouvrage commence juste avant la cérémonie, et Ivy, qui se retrouve mariée à Bishop, emménage dans ce qui sera désormais leur maison. Elle s’attend à partager son quotidien avec quelqu’un de hautain, d’orgueilleux, et qui ne la traitera pas forcément avec respect, pensant que le jeune homme la verra seulement comme celle qui lui permettra d’assurer sa descendance. Elle est donc sur ses gardes, voire désagréable, et elle se retrouve dépourvue face au comportement de son époux, car elle se rend compte qu’elle s’était fait une idée de celui-ci très différente de la réalité. À force de discussions avec lui, elle va apprendre à le connaître, ce qui va remettre beaucoup de choses en question. De plus, elle s’aperçoit que sa famille avait peut-être une perception erronée des faits. Elle devra donc choisir entre trahir les siens, et tuer son mari.

Nous découvrons ce monde à travers les yeux d’Ivy, qui est la narratrice, puis on s’intéresse au point central du roman, qui n’est autre que la relation entre Ivy et Bishop, et la grande question sera de savoir s’ils vont faire ou non ce que leurs familles attendent d’eux. Les Lattimer ont élevé leur fils avec certains projets pour lui, le père d'Ivy a fait de même avec sa fille, et nos jeunes mariés pourront échanger leurs points de vue sur le côté de la ville où ils ont vécu et l’éducation qu’ils ont reçue. 

J’ai trouvé intéressante la façon dont l’auteure traite la relation entre Ivy et sa famille, et la manière dont cela va évoluer. Va-t-elle les suivre aveuglément ? Elle va également apprendre que son père et sa sœur lui ont caché certaines choses, et qu’il y a une sorte de secret de famille autour de la mort de sa mère. Il y a un vrai travail au niveau de la psychologie des personnages, qui ont chacun plusieurs facettes. Certains sont résignés à ce qui leur arrive, même si cela les fait souffrir, alors que d’autres semblent prêts à se battre pour leur liberté de choix. 

Cependant, l’univers en soi n’est pas énormément exploité pour un roman dystopique. J’aurais voulu en savoir davantage, car j’ai eu l’impression que la frontière avec la romance était vraiment mince. Bishop a un côté garçon idéal qui ferait battre le cœur de toutes les filles, mais leur amour paraît impossible du fait de la mission d’Ivy. Le premier tiers de l’ouvrage souffre de quelques longues, et il y a des éléments que l’on voit venir assez rapidement, ce que je déplore. J’aurais souhaité être davantage surprise. Le tout est quelque peu facile, et j’aurais apprécié que les choses soient plus poussées. L’écriture est fluide, mais le schéma narratif est relativement trop simpliste. Même si j’ai passé un bon moment avec The Book of Ivy et qu’il se lit très aisément, je dois reconnaître que j’attendais davantage de ce roman, d’autant que j’avais pu voir des avis dithyrambiques à son propos.

12 commentaires:

  1. J'avais beaucoup aimé ce tome 1 même si je trouve aussi que l'auteur aurait pu pousser un peu plus l'univers par contre le tome 2 c'est une autre histoire... je n'ai que moyennement aimé ce dernier et j'ai été terrible déçue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'étais déjà pas trop tentée par le tome 2, tu me confortes dans mon avis.

      Supprimer
  2. C'est dommage que tu sois un peu déçue... Cette saga ne me tentait pas spécialement au début et depuis quelques temps, elle me fait bien envie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'elle te plaira si tu te lances !

      Supprimer
  3. J'avais très envie de le lire à un certain moment mais maintenant beaucoup moins, je pense que la romance m’énerverait ^^

    RépondreSupprimer
  4. Je suis comme toi, ne pas avoir un univers très développé est un peu un bémol. Bon, je vais attendre un peu avant de me le procurer je pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira si tu tentes l'aventure.

      Supprimer
  5. C'est dommage ce manque d'approfondissement, car le résumé était très alléchant ! Puis, quand j'ai lu que c'était un roman YA j'ai mieux compris tes réserves car il m'est arrivé les mêmes déconvenues avec Le sang des dieux et des rois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas le livre dont tu parles.

      Supprimer
  6. J'ai vraiment adoré ce livre ! Il va d'ailleurs falloir que je me procure la suite !

    RépondreSupprimer