mercredi 9 août 2017

Le Voyage extraordinaire, cycle 1 : "Le trophée Jules Verne", Denis-Pierre Filippi & Silvio Camboni

48 p., avril 2012 (tome 1), 48 p., mars 2013 (tome 2), 56 p., avril 2014 (tome 3), Vents d’Ouest


Quatrième de couverture :

Grande-Bretagne, 1927.
Cousins issus d’une fiche famille, Noémie et Émilien ont passé presque toute leur enfance dans un pensionnat loin de leurs parents ! Ils se sont finalement habitués à cette vie indépendante, loin des fracas de la guerre. Enfants géniaux, ils se sont créé leur monde à eux dans leur arbre-cabane, leur refuge, où ils expérimentent toutes sortes d’inventions. Quelle n’est pas leur surprise, le jour où les parents baroudeurs de Noémie, de retour au manoir familial, envoient un domestique les chercher ! Leur sentiment est partagé car le lieu est envoûtant. Il y a bien toutes ces pièces remplies des créations du père d’Émilien, mais ce dernier reste mystérieusement introuvable ! Cette disparition aurait-elle un lien avec la machine qu’il était en train de créer pour le concours Jules Verne ? Ou cela a-t-il un rapport avec cette étrange troisième force et ses incroyables robots qui viennent semer le trouble sur les champs de bataille ? 


Mon avis : 

Le Voyage extraordinaire est un ensemble de bandes dessinées découpé en plusieurs cycles, et nous sommes ici en présence du cycle 1, en trois tomes « Le Trophée Jules Verne ». Dans ce cycle, qui se déroule en Grande-Bretagne à la fin des années 1920, nous faisons la connaissance de Noémie et d’Émilien, qui sont cousins et qui ont tous les deux toujours vécu plus ou moins loin de leurs parents. Ils adorent tout ce qui a trait aux sciences et se sont construit une sorte de cabane dans un arbre, au sein du pensionnat auquel ils ont été confiés, et ils essayent par exemple de perfectionner l’ascenseur qu’ils ont mis au point. Ils vont être tous les deux surpris quand le père et la mère de Noémie sont de retour de leur déplacement et viennent les chercher pour qu’ils aillent tous ensemble dans leur manoir familial. Ils vont y trouver une pièce assez atypique, qui n’est autre que le laboratoire d’Alexander, le père d’Émilien, un brillant chercheur, dans laquelle ils feront diverses découvertes. Ils vont également apprendre qu’ils auront désormais une préceptrice en la personne d’Amélia. Celle-ci va leur expliquer qu’Alexander a disparu, probablement enlevé par rapport au trophée Jules Verne — un concours pour construire un engin qui serait capable de se mouvoir sur terre, dans les airs et en milieu aquatique. La seule solution qui leur semble envisageable est de participer eux aussi à ce concours. Mais cela ne sera pas sans risque, entre l’émergence des robots, la guerre avec le troisième axe qui menace, les différentes personnes qui vont concourir, sans oublier ceux qui vont tout faire pour qu’on ne retrouve pas Alexander. Nous embarquons donc pour une aventure riche en retournements et en péripéties.

J’ai beaucoup apprécié la galerie des protagonistes présents dans ce récit. Émilien et Noémie sont deux personnages très indépendants, et on voit que même s’ils n’ont pas vraiment de parents pour s’occuper d’eux du fait de leur absentéisme marqué, ils vont à eux deux former « une famille », car ils peuvent compter l’un sur l’autre. Nous rencontrerons aussi bien des opposants que des adjuvants à nos deux héros, mais étagement des personnages que l’on pensait bons dans un premier temps et que ne le sont pas vraiment, et inversement. Nous sommes donc loin d’être en présence d’un ouvrage manichéen. Émilien et Noémie vont ainsi partir à l’aventure en compagnie d’Amélia, qui connaissait le père d’Émilien, sans oublier de Térence, qui est l’ancien assistant de ce brillant chercheur, ou encore Winfrey. Tous les cinq vont rivaliser d’ingéniosité.

L’auteur et le scénariste ont mis en place tout un monde avec des robots qui est vraiment très bien exploité. L’histoire va nous amener de Londres à New York, en faisant une halte par Paris. Il se passe énormément de choses au cours de ces planches. On visite de nombreux lieux, on échafaude plusieurs hypothèses… Les dessins sont somptueux, très colorés. Tout l’univers créé est très bien ficelé. Quelques touches d’humour sont également présentes. Il y a donc tous les ingrédients qui en font un ouvrage très réussi, et il me tarde que le dernier tome du Cycle 2 paraisse pour que je puisse dévorer cette nouvelle histoire. De plus, je m’interroge quant à ce que le scénariste va bien pouvoir inventer pour nos héros !

10 commentaires:

  1. ça m'a l'air pas mal du tout ces petites BD !
    Pourquoi pas :)

    RépondreSupprimer
  2. Les couvertures sont trop jolies ! Ça donne envie !Je ne connaissais pas ^^

    RépondreSupprimer
  3. Les dessins ont l'air superbes! J'ai très envie de les découvrir!

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connais pas du tout. Je ne suis pas très BD...
    Merci d'être passée sur mon blog :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as l'occasion de les trouver en bibliothèque, tente le coup :)

      Supprimer